lundi 16 mars 2015

Bio vs local...les choix de Gourmandine

Parmi les changements récents dans notre façon de cuisiner et de vivre au quotidien, il y en a un de taille qui nous satisfait pleinement : nous sommes devenus à 80% locavores.
Un terme peut-être inconnu par certains bien que maintenant très en "vogue". Est locavore toute personne  qui consomme des aliments produits dans un rayon de 0 à 100 km de son domicile.

Depuis longtemps déjà, nous faisions très attention à la provenance de nos aliments : nous avions rejoint une AMAP (j'y reviendrai plus tard), et nous n'achetons la plupart du temps que des aliments produits en France. Mais cela ne nous suffisait plus.

Nous avons la chance d'habiter dans une région très très riche en producteurs divers et variés, et je pense que cela nous a beaucoup aidé dans notre "conversion".
Nous avions envie de "court-circuiter" le circuit de la grande distribution.
Je suis personnellement arrivée à un point où voir des linéaires remplis de victuailles et de produits industriels, constater l'ampleur du gaspillage en matière d'emballage (ce sera l'objet d'un autre article si cela vous intéresse) me donnait la nausée. Il fallait donc trouver une autre alternative, se fournir au marché étant impossible pour nous étant donné notre activité professionnelle et les jours de marché du coin.

Pourquoi alors avoir fait le choix du local plutôt que du "bio" ? 

Premièrement parce que je suis convaincue que les produits qui n'ont pas subi de longs trajets en camion et/ou chambre froide sont bien meilleurs d'un point de vue gustatif et nutritionnel.
On trouve parfois dans les supermarchés ou rayons bio, des beaux produits estampillés "bio" mais quand on regarde la provenance : Chili, Inde, Pérou etc et bien cela ne me convenait pas...Quelle est la logique et l'intérêt de se nourrir "bio" si notre produit a fait le tour de la planète pour nous parvenir ????

Deuxièmement, le coût. Je m'attends à attirer les foudres de certains mais oui le bio coûte plus cher.
Quand on est une famille de 4 personnes, le budget tout bio est trop difficile à tenir.
Le local, du fait de sa proximité, même s'il reste un peu supérieur en prix à l'industriel (mais la qualité ne nécessite-t-elle pas un peu de concessions ? ), reste très très abordable. Je vous donnerai quelques exemples un peu plus loin.

Troisièment, l'idée de faire vivre un agriculteur du coin, local, me plait. J'ai une admiration pour le monde agricole (dois-je dire que j'ai un Baccalauréat Agronomie ?), et je trouve vraiment que consommer différemment et se fournir en direct leur permet de survivre.
Et puis c'est vraiment très agréable de visiter une ferme, un atelier de production, de discuter, d'échanger avec des gens qui ont le coeur sur la main, qui aiment leurs produits et leur terroir.

Enfin, à titre personnel, je ne suis pas convaincue par la certification bio et ses garanties. Je ne rentrerai pas dans le débat ici mais c'est une réflexion à laquelle je m'attache beaucoup.

Voilà en quelques mots le pourquoi.
Maintenant voici comment nous nous y sommes pris.
Nous avions rejoint une AMAP en arrivant ici. Très rapidement, le côté récurrent (toutes les semaines les mêmes produits en fonction du contrat qu'on a choisi) des produits sur 3-4 mois nous a pesé.
Quelques différents avec un producteur de légumes peu scrupuleux (15€ un panier de légumes initialement prévu de 4kg, et des paniers ne dépassant jamais plus de 2kg au final...entre autres !), des déceptions côté qualité, ont fait que nous avons délaissé ce système d'approvisionnement.
Sans compter que notre AMAP ne souhaitait pas travailler avec un producteur de charcuterie sous prétexte que son porc ne venait pas du coin, mais n'hésitait pas à faire venir des abricots de la Drôme toutes les semaines...Cette philosophie baba-rétro-écolo-quand-ça-m'arrange m'a totalement exaspérée.

Du coup nous avons trouvé (merci le bouche-à-oreille !) un principe qui nous convient plus : La Ruche Qui Dit Oui  : chaque semaine, une vente est ouverte, on choisit ses produits, on paye en ligne et on vient à la distribution récupérer ses produits.
Un système très peu contraignant (on commande quand on a envie), qui nous plait énormément !
A chaque distribution, deux ou trois producteurs sont présents, nous bavardons, nous échangeons sur les produits, donnons notre avis. C'est très convivial et c'est vraiment ce que nous recherchions en passant par le local.

Côté cuisine, je cuisine donc quasiment exclusivement des produits de la Ruche et d'autres producteurs locaux.
Nous faisons nos yaourts maison, j'essaye de plus en plus de faire des goûters maison à mes enfants.

Dans un prochain article, je vous exposerai comment je fais au mieux chaque jour pour lutter contre les emballages inutiles dans ma cuisine..



4 commentaires:

  1. J'achete aussi d'abord local, produits bien sûr qui sont aussi très naturels.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  2. J'achete aussi, d'abord des produits locals, bien sûr très naturels.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  3. J'achete aussi d'abord des produits locals, bien sûr très naturels.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Pardon, j'ai des problèmes avec ma connexion!

    RépondreSupprimer